LE SHUNT PORTO-SYSTEMIQUE (PSS)

Quand on parle de Liver Shunt chez l’Irish Wolfhound, il s’agit en règle générale du « portosystemic shunt ». Ces shunts sont décrits depuis déjà le début des années 80. Le Shunt de l’Irish Wolfhound est également connu sous le terme de « ductus venosus » persistant. La veine ductus est un vaisseau foetal qui devrait se fermer dans les 60 heures qui suivent la naissance afin que tout le sang passe par le foie. Ce vaisseau existe afin de faire passer du sang du tract gastro-intestinal vers la veine ombilicale.

Normalement le sang venant de l’estomac, intestins, rate et pancréas passe vers le foie avant de continuer dans le système circulatoire. Le sang qui quitte le tract gastro-intestinal contient des nutriments, des hormones, des toxines et des bactéries qui sont normalement filtrés par le foie. Si ceci n’a pas lieu et que ces substances restent de ce fait dans le système circulatoire, des signes cliniques apparaissent. De plus, vu que le foie ne reçoit pas assez de sang et nutriments et le taux de neurotoxines (ammoniac entre autre) va augmenter, ceci va provoquer une atrophie du foie. Des signes nerveux comme d’autres symptômes d’une insuffisance hépatique vont également se déclarer. Les signes sont très variables. Certains chiots auront des problèmes comme un développement et une croissance moindre ainsi qu’une prise de poids difficile déjà à partir d’un âge tendre, d’autres vont grandir et grossir tout à fait normalement et sembler en bonne santé jusqu’à l’âge d’un an ou plus, dépendant du degré du shunt. D’autres symptômes sont encéphalopathie hépatique, léthargie, dépression, un état de stupeur ou désorientation, tourner en rond ou rester dans un coin, perte d’équilibre épilepsie, anorexie, vomissement, diarrhée, soif exagérée, polyurie (urine trop abondante), dysurie (peu d’urines), sang et cristaux dans les urines. Ces symptômes s’aggravant quand un repas à haute valeur en protéines est donné. Certains des chiots affectés peuvent être opérés, chirurgie qui devient de plus en plus performante. Sans chirurgie, cela se termine par une mort atroce du chien, mais souvent l’euthanasie est la seule solution.

La bonne nouvelle est qu’il y a effectivement des tests qui peuvent être effectués afin d’éviter qu’un chien atteint quitte l’éleveur et qu’un propriétaire s’attache à un chien condamné et ces tests peuvent être pratiqués vers 7-8 semaines. Il y a un test simple sur l’ammoniac contenu dans le sang. Toutefois, le sang doit être analysé dans les laboratoires, voire emmener les chiots en voiture et pratiquer les prises de sang devant le laboratoire. Il faut également savoir que le taux d’ammoniac est plus élevé chez l’Irish Wolfhound que dans d’autres races. En cas de doute, on garde le chiot et on refait un test. Dans certains pays on commence aussi à tester les Scottish Deerhounds.

Il y a également le « dynamic bile acid test » où le temps ne joue pas et qui est souvent décrit comme le plus fiable. Les chiots sont testés après une période de jeûne de 8 heures, nourris et à nouveau du sang est pris afin de voir les variations qui pourraient indiquer un PSS.
Si le résultat d’un deuxième test sanguin reste positif, il est conseillé de faire des examens plus poussés (radiographies, échographies, IRM) afin de confirmer les résultats, déterminer le degré du shunt et éventuellement envisager la chirurgie.

Dr R. Vandamme

N.B. Il y a 2- à 3% de cas de Shunt chez les Irish Wolfhounds. Cette anomalie dont le mode de transmission génétique n’est pas encore connu, peut survenir dans n’importe quelle lignée.

Lien en anglais très intéressant : Molecular Genetics-Diseases of the Liver

et Portosystemic Shunt (PSS) In the Irish Wolfhound


Dernières mises à jour le 15 avril 2010 - Copyright ©