UN BREF APERÇU DU CARACTÈRE DE L'IRISH WOLFHOUND

Chien au gabarit très dissuasif, l'Irish Wolfhound a besoin d'une éducation ferme et ne doit pas être dressé à l'attaque, car il pourrait alors se montrer dangereux.

C'est un chien amical, doux, loyal envers son maître et sa famille, docile mais pas servile, calme et non aboyeur. L'Irish Wolfhound a besoin de beaucoup d'espace et de courir fréquemment en toute liberté.

C'est un chien "rustique" de par ses origines. Il est sociable, gentil, loyal, affectueux et très sensible. Bien que dissuasif de par sa grande taille, il n'est absolument pas un chien de garde. Davantage connu pour sa gentillesse que pour ses talents de gardien, il ne gardera pas un territoire mais protègera ses maîtres tant sa dévotion est grande pour ceux qu'il aime. Patient, il a un profond attachement pour les enfants.

L'Irish Wolfhound n'est pas uniquement un grand chien mais avant tout un Lévrier et comme tout Lévrier il est proche de ses maîtres et supporte assez mal la solitude tant la présence humaine est vitale pour lui.

La vie en chenil (ou boxe) est inenvisageable pour le Wolfhound, c'est en famille qu'il doit pouvoir vivre et c'est à ce prix qu'il sera heureux et équilibré. Grand chasseur, son besoin inné de courir lui fait apprécier les longues balades.

À cause de la grande taille qu'il atteindra à l'âge adulte, l'obéissance de base est fortement recommandée. Il est indispensable de lui inculquer le rappel, l'assis et le couché. Il devra également savoir marcher en laisse sans tirer. Comme tout Lévrier, il est nécessaire de l'habituer à la présence des chats dès son plus jeune âge pour établir une bonne cohabitation future.

L'alimentation du Wolfhound doit faire l'objet d'une grande attention, surtout lors de sa croissance qui peut se poursuivre jusqu'à ses 15 mois. Il ne sera mature et réellement "fini" que vers l'âge de 3/4 ans.

LA SANTÉ DE L'IRISH WOLFHOUND

Voici les pathologies que l'on peut rencontrer dans l'Irish Wolfhound :

- L'Ostéosarcome (cancer des os),

D'après une étude suédoise, cette forme de cancer des os représente 85% des cancers osseux et 5% de l'ensemble des cancers du chien. Ce cancer a une véritable prédisposition pour les chiens de grande taille ; ceci est probablement à mettre en corrélation avec la vitesse de croissance des squelettes. C'est le plus souvent une tumeur primaire ; son taux de métastase étant très élevé (métastases pulmonaires le plus souvent), le pronostic de ce cancer est toujours très réservé. Les os touchés sont plutôt les os longs des membres.

Diagnostic : Les chiens présentent une boiterie qui évolue. La zone affectée devient douloureuse au touché, les tissus mous peuvent présenter un œdème, la douleur doit être rapidement prise en compte. Le diagnostic se fait par radiographie osseuse (zone de lyse osseuse), radiographie du thorax (recherche des métastases pulmonaires), scintigraphie pour discerner si il y a des métastases ou non (mais les centres pouvant le pratiquer sont très rares)

Traitement : L'amputation peut parfois être envisagée si le pronostic a été très précoce, qu'il n'y a pas de métastase et que le chien peut se déplacer facilement (les gros et vieux chiens ne pourront pas se déplacer sans aide). Elle devra être associée à une chimiothérapie . Un programme de recherche (cf lien) est en cours chez l'Irish Wolfhound


- La Cardiomyopathie Dilatée (CMD) - (Programme de recherche Antagène) - (Système sanguin et cardiologie)
- La Torsion-Dilatation de l'estomac,
- Le Shunt (PSS),
- L'Ostéochondrose (OCD),
- La Dysplasie du coude (DC),

- L'Atrophie Rétinienne Progressive (APR)

L'atrophie progressive de la rétine conduit à une perte de vision graduelle qui pouvant aller jusqu'à une cécité totale entre 2 et 12 ans. L'atrophie de la rétine est le plus souvent une maladie autosomique récessive, mais il existe des APR liées au chromosome X et des APR dominantes.

- La Dysplasie rétinienne : (page 109 à 111 du PDF)

La dysplasie rétinienne est une malformation congénitale de l’ensemble de la neurorétine, due à une anomalie de différenciation des couches rétiniennes.
Elle se caractérise par la présence de plis (élévation rétinienne linéaire), de rosettes (élévation rétinienne arrondie) et de stries vermiformes sur le fond d’oeil. L’architecture de la rétine est modifiée de manière irréversible. L’anomalie est d’autant moins péjorative qu’elle est limitée en surface.
Dans les cas graves, on parle de dysplasie rétinienne généralisée car un décollement de rétine est associé et quelquefois une dégénérescence du vitré. L’affection fait souvent partie d’un tableau complexe qui inclut la microphtalmie.
La dysplasie rétinienne est habituellement associée à une cécité uni ou bilatérale.
Déterminisme génétique : Il s’agit d’une affection congénitale. Le déterminisme variant selon les races, il est indéterminé pour les races : Barzoï, Dogue Allemand, Elkhound Norvégien, Epagneul Breton, Cocker Anglais, Golden Retriever, Saluki, Setter Gordon, Rottweiler, Cavalier King Charles, Chow-chow, Husky Sibérien, Lévrier Afghan, Irish
Wolfhound.

- La Maladie de Von Willebrand (page 127 à 129)

Extrait : La maladie de Von Willebrand est la plus fréquente des coagulopathies héréditaires chez le chien. Il s’agit d’un trouble de l’hémostase primaire dû à un déficit qualitatif ou quantitatif en facteurs de Von Willebrand (FvW). C’est un facteur protéique de structure multimétrique qui permet l’adhésion plaquettaire au sous-endothélium vasculaire lorsqu’il est lésé par un traumatisme et qui favorise l’agrégation plaquettaire. Cette maladie peut être acquise, associée à une hypothyroïdie le plus souvent ou héréditaire selon un mode autosomique. L’incidence est inconnue en France chez le chien mais cette maladie est très fréquente aux États-unis et en Grande Bretagne. Il existe trois types de maladie de Von Willebrand plus ou moins sévères

Déterminisme génétique : Il varie selon le type (cf. tableau 57 pages 127 et 128 du PDF), mais il est toujours autosomique.

Autre lien sur la Maladie de Von Willebrand sur un site en anglais : http://www.irishwolfhounds.org/vwd.htm

- La Pneumonie :

Les symptômes : Si votre chien développe une pneumonie, les deux premiers signes que vous pouvez remarquer sont la léthargie et un manque d’appétit. Quelques chiens ont de la fièvre, souvent très élevée, tandis que d’autres non. Chez l’Irish Wolfhound le symptôme probablement le plus universel est la « posture de pneumonie » typique avec le cou et la tête en extension, que le Wolfhound adopte pour faciliter la respiration et inspirer plus d’air, le cou et la tête portés plus bas, au même niveau que le dos et la tête tendue à l’avant. En règle générale un Wolfhound avec pneumonie ne se couchera pas sur le côté, une position inconfortable.La plupart des Irish Wolfhounds n’ont pas d’écoulements nasaux en cas de pneumonie, mais cela peut arriver. Quelques-uns peuvent aussi avoir une respiration rapide ou difficile. Il y a des cas où un chien semble avoir mal au ventre. Un chien montrant des signes comme ceux décrits ci-dessus nécessitent une visite chez le vétérinaire aussi vite que possible.

- L'Hygroma (inflammation des bourses séreuses, situées sur les proéminences osseuses des points de pression (coudes et genoux).

L’hygroma se remarque particulièrement chez les jeunes chiens de grande race. Vous remarquerez une protubérance au niveau du coude. Cette masse sous-cutanée, est une cavité remplie de fluide et enrobée de tissus fibreux. La grosseur peut variée allant d’une balle de golf, d’une nectarine, si l’hygroma grossit jusqu’à atteindre la grosseur d’une balle de tennis, il faut être plus attentif et consulter un vétérinaire.
Un hygroma est causé par un traumatisme répété, particulièrement lorsque que nos Géants se couchent, ou encore lors d’exercices de courses trop fréquentes. L’hygroma ne provoque généralement pas de douleur, seulement s’il y a un stade infection. Les symptômes d’un hygroma ressemblent à une bursite.
La plupart des hygromas peuvent aussi se manifester au jarret ou encore à des point de pression avec les os.
Le traitement d’un Hygroma qui n’est pas infecté consiste a out simplement réduire la fréquence du traumatisme. Comment ? un coussin comme lit, va réduire la pression. Ou encore un enveloppement de la région affectée. Il est important de garder son chien à un poids santé.
Certains vétérinaires vont recommander l’aspiration du liquide par une ponction, ATTENTION cela ne règle souvent pas le problème et peut même provoquer l’infection. L’intervention chirurgicale et le placement d’un drain est à envisager seulement si il y a une infection majeure. Bref avant d’envisagé cette opération coûteuse, soyez patient il arrive fréquemment qu’un Hygroma avec les mesures préventives citées plus haut se résorbe avec le temps.

- Syndrome de Wobbler ou Spondylopathie Cervicale

Autres sources : Document traduit en français - Version originale

L'Irish Wolfhound peut également être atteint de la Dyskinésie ciliaire primaire (PCD) ou Rhinite virale.



ANESTHÉSIE CHEZ LES LÉVRIERS

(Un Lévrier qui doit subir une opération doit avoir une anesthésie particulière : c'est à peine la moitié de la dose prescrite pour un chien de même poids autre que Lévrier. Assurez-vous que ce sera bien le cas avant toute intervention.)
 

Quels sont les agents d'induction de l'anesthésie ?
Comparaison de trois agents d'induction chez le Lévrier ?


Source  Faculté de Médecine Vétérinaire Montréal - Anesthésie du Lévrier


LES THIOBARBITURIQUES :

Chez les lévriers, les thiobarbituriques ne peuvent pas être utilisés comme agents anesthésiques à action ultra courte car les périodes d’anesthésie et de réveil sont prolongées. Dans une étude, les lévriers nécessitaient entre 45 minutes et 8 heures pour se remettre de la dose de thiopental administrée. Les chiens croisés réussissent généralement à se lever et se déplacer entre 1 et 2 heures après administration. Il semblerait que les lévriers se réveillent d’une anesthésie aux thiobarbituriques en un lapse de temps semblable aux chiens croisés mais que ceux-ci restent plusieurs heures dans un état semi-comateux caractérisé par du pédalage, des débattements et des hurlements.

L’effet prolongé des thiobarbituriques a été attribué (1) au faible taux de gras corporel chez les lévriers. Ceux-ci possèdent 16% de leur poids corporel sous forme de gras, comparativement à 35% chez des chiens croisés de poids semblable. Les thiobarbituriques dépendent de leur relocalisation dans les tissus adipeux pour produire un effet de courte durée. Chez le lévrier, les concentrations sériques demeurent plus élevées pendant la période de réveil que chez les autres races de chien(2). De plus, il est suspecté que les lévriers métabolisent les thiobarbituriques moins rapidement au niveau du foie que les autres races de chien.

Dans une étude, le temps d’élimination du thiopental chez des lévriers, suite à une induction des enzymes hépatiques par du phénobarbital, devenait comparable à celui des autres races. Jusqu’à ce jour, il a été démontré que les lévriers réagissaient différemment seulement aux thiobarbituriques et que les réponses anesthésiques aux oxybarbituriques restent semblables à celles des autres races. Une étude a démontré que le taux de protéines totales plasmatiques, nécessaires pour lier les barbituriques, était plus bas chez les lévriers.


LE PROPOFOL :

Le propofol est considéré comme étant un agent d’induction et d’anesthésie sécuritaire chez les lévriers. Leur réveil est beaucoup plus rapide avec le propofol qu’avec les thiobarbituriques. Dans une étude faite à l’Université du Michigan par Dr Quandt, le propofol utilisé comme agent d’induction avait produit une apnée transitoire chez 5 des 10 lévriers, de l’hypoxémie transitoire, de la bradicardie sinusale, de l’arythmie sinusale et de l’hypotension. L’induction s’était produite en douceur et le réveil était rapide et sans plainte. Dans cette même étude, le Dr Quandt a utilisé une combinaison acépromazine/kétamine/diazépam pour l’induction. De la tachycardie sinusale et une hypertension transitoire suivie d’hypotension ont été notées. L’induction et le réveil ont été satisfaisants mais les résultats obtenus avec le propofol ont été jugés supérieurs. Lors d’une comparaison entre les effets du diazépam/kétamine et du midazolam/kétamine comme agents d’induction chez les lévriers, la seule différence significative était le temps d’intubation qui était beaucoup plus court avec la combinaison midazolam/kétamine.

Lors d’anesthésie chez les lévriers, les protocoles permettant un réveil rapide et en douceur sont visés pour éviter les blessures au moment du réveil. Cette race de chien est prédisposée aux problèmes d’hypotension lors d’anesthésie. L’administration de fluides intraveineux lors de chirurgie est alors toujours recommandée. Les lévriers sont aussi prédisposés à l’hypothermie (faible taux de gras, poils très court, grande surface par rapport au poids) qui peut prolonger l’anesthésie et causer une dépression du système cardio-respiratoire.


 

AUTRES SOURCES

Document 1

Extraits :

Contre-indications :

Les barbituriques doivent toujours être utilisés avec précautions, en particulier dans les cas suivants: hypovolémie, anémie, troubles respiratoires et insuffisance hépatique. Les chats sont plus sensibles à la dépression respiratoire.

Certaines races canines telles que le boxer, du fait de l’anatomie particulière du pharynx, et les lévriers, chez qui l’administration de barbituriques à action courte se traduit par des effets de longue durée, sont particulièrement sensibles aux effets des barbituriques. Le pentobarbital ne peut pas être administré pour le traitement de convulsions causées par une intoxication à la lidocaïne.


Document 2


Il est précisé page 106

"...Enfin, chez les lévriers et les autres races longilignes, l’utilisation du thiopental est contre indiquée, son effet pouvant être prolongé jusqu’à quatre fois celui observé chez d’autres races (Lefebvre 1999)."

Vous l'aurez compris, l'Irish Wolfhound est un chien dont l'entretien revient assez cher compte tenu de sa grande taille et surtout des pathologies touchant la race.

Opérer un Irish Wolfhound pour une ostéochondrose de l'épaule a un coût assez élevé. Vermifuger un Yorshire ne revient pas au même prix que vermifuger un chien d'un tel gabarit. Bien nourrir un Irish Wolfhound nécessite un budget élevé surtout pendant sa longue croissance.

De même que soigner un Irish Wolfhound atteint d'une cardiomyopathie dilatée n'est pas à la portée de toutes les bourses. Pour le vivre depuis plusieurs années, le traitement de Verdi me revient à environ 250 € par mois sans compter les échographies cardiaques à faire chaque année (165 €) soit chez un vétérinaire cardiologue soit dans une École Vétérinaire.

Réfléchissez bien avant d'acquérir ce doux géant, le côté financier est très important et ne peut être occulté.

Les Écoles Nationales Vétérinaires en France :

ENV de Nantes

Route Gachet
44300 NANTES
02 40 68 77 77

http://www.oniris-nantes.fr/

ENV de Toulouse
23 chemin des Capelles
31300 TOULOUSE
05 61 19 38 00

http://www.envt.fr/

ENV de Lyon
1 avenue Bourgelot - BP 83
69280 MARCY L'ETOILE
04 78 87 25 25

http://www.vet-lyon.fr/

ENV de Maisons-Alfort
7 avenue du Général de Gaulle
94704 MAISONS ALFORT CEDEX
01 43 96 23 23

http://www.vet-alfort.fr/

Ne laissez jamais votre Irish Wolfhound en plein soleil, sa place lors des fortes chaleurs est chez vous à l'abri du soleil. Éviter les longues promenades en pleine canicule, préférer de sortir votre Irish tôt le matin ou en fin de journée, à la fraîche.

Choisissez un Élevage Familial qui teste tous ses reproducteurs CMD (cardiomyopathie dilatée) et chiots (Shunt). Le prix d'un chiot LOF (identifié et vacciné) chez un éleveur sérieux est d'environ 1400 euros.

Fuyez ces éleveurs qui produisent des chiots NON LOF, qui ne font aucun test pourtant censés protéger les chiens de graves maladies ... L'économie que vous pensez réaliser en achetant un chiot à prix discount et sans garantie sur les maladies touchant la race, vous risquez de le regretter.
Les victimes de ces proxénètes canins se retrouvent à devoir payer bien plus cher lorsque leur chien tombe malade ou malheureusement ne survivent pas.

Méfiez-vous des élevages multi-races et/ou qui bradent leurs chiots sur les sites d'annonces gratuites et surtout : fuyez les élevages qui font vivre leurs chiens en boxe !

La place d'un Irish Wolfhound est près de son maître pour lequel il a une véritable ... vénération.


Dernières mises à jour le 28 mai 2010 - Copyright ©