HORMONES SEXUELLES ET STÉRILISATION/CASTRATION (GONADECTOMIE)

Cette revue partielle de la littérature, portant sur le rôle des hormones sexuelles chez nos animaux de compagnie, ainsi que les conséquences positives et négatives associées à leur présence ou leur absence, se veut un outil de réflexion, une base de recherches plus approfondies, et la base de discussions avec son vétérinaire avant de prendre une décision irréversible reliée directement à la santé de nos animaux. Selon les recherches scientifiques et les statistiques, plusieurs problèmes de santé sont reliés à la gonadectomie, et plusieurs avantages pour la santé y sont reliés aussi.

Il faut savoir tenir compte de la prévalence de ces maladies chez nos animaux, dans notre réflexion, mais il faut aussi garder à l'esprit que la gonadectomie n'est pas une intervention anodine, qui n'aura aucun effet négatif sur la physiologie de notre animal. On peut aisément constater que les hormones sexuelles jouent des rôles physiologiques à de multiples niveaux, et que la gonadectomie n'est pas une panacée à tous les problèmes de nos chiens et chats.

Nous insistons sur le fait que toute décision d'ordre médical devrait impérativement être prise avec son vétérinaire.


QUELQUES RÔLES PHYSIOLOGIQUES DES HORMONES SEXUELLES

Précision: dans le texte suivant, la stérilisation chez la femelle est associée à l'ovariectomie (ablation des ovaires), et la stérilisation chez le mâle est associée à la castration (ablation des testicules). La gonadectomie consiste en l'ablation des gonades, les ovaires chez la femelle, les testicules chez le mâle.

Les hormones sexuelles sont des stéroïdes anaboliques. Elles jouent un rôle dans la croissance de plusieurs organes. Elles augmentent la synthèse des protéines musculaires. Elles jouent un rôle important dans la croissance des os longs (pattes...), et plus tard, elles inhibent la croissance linéaire de ces os (1, 50). Ce qui veut dire que dépendamment de l'âge auquel un chien est stérilisé, ses pattes seront soit plus courtes, soit plus longues qu'elles ne l'auraient été naturellement (ce qui n'implique pas nécessairement une différence marquée).

Les globules rouges matures des mammifères n'ont pas de noyau cellulaire. De ce fait, ils ne peuvent se multiplier. De plus, leur durée de vie étant courte, ils doivent être constamment renouvelés (2). Or, les hormones sexuelles jouent un rôle dans ce renouvellement, en agissant directement sur les cellules souches, et en stimulant la production de l'érythropoiétine (qui stimule également les cellules souches) (1,3).

CONSÉQUENCES PHYSIOLOGIQUES DE LA STÉRILISATION (GONADECTOMIE)

La gonadectomie élimine et réduit la possibilité de développer certains problèmes de santé reliés au système reproducteur. La gonadectomie chez le mâle élimine les risques de cancer des testicules. Chez la chienne, généralement la stérilisation consiste en une hystéro-ovariectomie (ablation de l’utérus et des ovaires) et elle élimine de ce fait les risques de pyométrite (débalancement hormonal qui cause une infection de l'utérus qui doit être traitée extrêmement rapidement), et elle réduit les risques de cancer de la glande mammaire, à condition que la chienne soit gonadectomisée avant ses premières chaleurs de préférence, ou avant ses deuxièmes (l'ovariectomie pratiquée avant les premières chaleurs réduit les risques de cancer de la glande mammaire à 0.5% du risque des chiennes intactes, et si pratiquée après les premières chaleurs, le risque est réduit à 8% de celui des chiennes intactes. Les chiennes subissant une ovariectomie après qu'elles aient atteint la maturité ont le même risque de développer un cancer de la glande mammaire que les chiennes intactes (3)). Chez la chatte, si la gonadectomie est pratiquée avant l'âge de un an, les risques de développer un cancer de la glande mammaire (carcinome) seraient réduits de façon significative (40). Par contre, chez la chienne, dans le cas où elle est gonadectomisée avant ses premières chaleurs, elle n'a pas atteint sa maturité physique et émotionnelle.

Les chiots, comme les humains, traversent différents stades de maturation, qui sont déclenchés par la production des hormones sexuelles. Plusieurs psychologues canins croient qu'un chien privé de ses hormones sexuelles avant d'atteindre la maturité sera plus porté à avoir des problèmes comportementaux, parce qu'il n'aura jamais atteint la stabilité associée à la maturité. Nous croyons que ces chiens immatures ont un plus grand besoin de stabilité et d'être dirigés par leur famille humaine. Les propriétaires qui choisissent la gonadectomie avant la maturité de leur chien(ne) devraient en être conscients afin de prévenir les problèmes comportementaux qui peuvent être de tout ordre (problèmes de malpropreté, anxiété de séparation, agressivité etc...), par une éducation appropriée.

Une déficience en hormones produites par les testicules (testostérone) et les ovaires (oestrogène) peut induire l'incontinence urinaire (3,4,5,14,15). Ce phénomène se produit dans 20% des cas de chiennes gonadectomisées (6,52). Cet effet n'est pas bien expliqué, mais les hormones sexuelles ont probablement des effets sur le sphincter de l'urètre (14,15). Ce problème est plus fréquent chez les chiennes que chez les chiens (3), cependant, il peut ce produire chez le chien mâle également (7). Apparemment les grandes races sont plus à risque (5,7,52). Dans une étude, chez les chiennes gonadectomisées de moins de 20 kg, 9.3% ont développé de l'incontinence urinaire, tandis que chez celles de plus de 20 kg, l'incidence était de 30.9% (52). Certaines races sont reconnues pour avoir une prédisposition à l'incontinence urinaire reliée à la gonadectomie: 65% des Boxers sont affectés (5,6, 52), et les Dobermans pinschers ainsi que les Schnauzers géants ont une prédisposition plus élevée que la moyenne (5,6). Selon Blendinger C. et al. (53), l'incidence de l'incontinence urinaire reliée à la gonadectomie serait significativement supérieure chez les Schnauzers géants, les Setters irlandais, les Boxers et les Bergers anglais. Certaines races seraient moins prédisposées, dans une étude, 10.6% des Bergers allemands et 11.1% des Teckels sont devenues incontinentes (52).

Jusqu’à maintenant les études démontrent que le risque de développer de l’incontinence urinaire reliée à l'ovariectomie n’est pas différent si l’on compare les chiennes ovariectomisées en bas âge et celles ovariectomisées après avoir atteint la maturité. Cependant, une étude a démontré que les signes cliniques de l’incontinence urinaire associée à l'ovariectomie sont plus importants que chez les chiennes ovariectomisées en bas âge, comparativement à celles ayant subi la chirurgie à un âge plus avancé (35).

Une étude démontre que les chiennes ayant subi une ovariectomie ont un risque plus élevé de développer des infections urinaires, la privation des hormones sexuelles ayant un effet sur le système de défense de la vessie (13).

Howe et al., ont montré en 2001, que les maladies infectieuses étaient plus fréquentes chez les chiens gonadectomisés à un âge prépubère, que chez ceux gonadectomisés à un âge pubère (49).

Selon une étude, les chiens mâles castrés, âgés entre 8 et 12 ans, seraient plus à risque que les chiens intacts sexuellement de développer des urolithes (oxalate de calcium), ainsi que les chiens ayant un surplus de poids (36). Les urolithes sont des cristaux se formant dans la vessie et causant des troubles urinaires.

La castration ne diminue pas les risques de de développer un carcinome (cancer) de la prostate chez le chien (27). Les chiens castrés seraient en fait plus à risque de développer un cancer de la prostate que les chiens intacts (26, 54). Selon une étude, plus de 80% des chiens intacts âgés de 5 ans développent une hypertrophie bénigne de la prostate. Par contre les chiens castrés auraient un risque plus élevé que les chiens intacts de développer un cancer de la prostate (adenocarcinome) (16, 26), et ce, peu importe l'âge auquel la castration a été faite (27). De plus, dans les cas de cancer de la prostate, il y aurait une prévalence plus élevée de métastases pulmonaires chez les chiens castrés, comparativement aux chiens intacts (17).

Une étude a montré que les maladies de la prostate les plus fréquentes chez le chien étaient dans l'ordre: les infections bactériennes, les kystes, l'adenocarcinome et l'hyperplasie bénigne (18). Ce que cette étude a aussi révélé était que la maladie de la prostate la plus fréquente chez les chiens castrés était l'adenocarcinome (cancer) (18). La race la plus souvent atteinte de ce cancer était le doberman pinscher (18). Les résultats de Sorenmo et al., vont également dans le même sens que les résultats d'études épidémiologiques qui montrent que les chiens castrés ont un risque plus élevé que les chiens intacts de développer un carcinome de la prostate (44).

Une étude publiée en 2007 démontre également qu'il existe une prédisposition au cancer de la prostate reliée à la race canine, ce qui suggère une prédisposition génétique (57), et que les chiens castrés (toutes races confondues) ont un risque plus élevé que les chiens intacts de développer un cancer de la prostate (de tous types) (57).

Il semble que les chiennes ovariectomisées aient un risque plus élevé d’être affectées par l'hypothyroïdie comparativement aux chiennes intactes (3, 21, 25). Et une étude a démontré que les chiens gonadectomisés (mâles et femelles) ont un risque plus élevé de développer l'hypothyroïdie que les chiennes intactes (8).

Des études montrent que les chiens (mâles et femelles) gonadectomisés sont plus à risque de subir une rupture du ligament croisé que les chiens et chiennes intacts (19, 24). Une étude faite en 2005, et regroupant 369 chiens, montre que 8% de ces patients étaient des femelles intactes, contre 43% de chiennes gonadectomisées, et 14% étaient des mâles intacts, contre 35% de chiens castrés (43). Le risque demeurant constant peu importe la race et la taille des chiens (28).

La gonadectomie peut provoquer des dermatites incluant l’alopécie légère chez le chien et le chat, mais cette condition n’est pas fréquente (3). Elle peut aussi causer une alopécie endocrine chez le chat, plus fréquente chez les mâles castrés (3).

Un des effets négatifs potentiels de l'ovariectomie chez la chienne est que les chiennes dominantes peuvent devenir plus dominantes et développer de l'agressivité suite à l'ovariectomie (9, 42, 46).

Il est également intéressant de savoir que la gonadectomie abaisse le métabolisme. C'est précisément la raison pour laquelle les animaux gonadectomisés ont une tendance à l'obésité (3). Fait intéressant, une étude a montré que les chats errants, comme les chats sédentaires, seraient à risque de prendre du poids suite à la gonadectomie. L'étude a été faite sur 14 chats, dont la condition physique a été évaluée lors de la gonadectomie, puis un an plus tard. Leur prise de poids était significative (37).

Une étude montre que les chiens gonadectomisés ont un risque 2 fois plus élevé que les chiens intacts de développer un ostéosarcome (20). D’autres chercheurs ont montré que chez le Rottweiler, le risque était plus élevé chez les chiens (mâles et femelles) gonadectomisés avant l’âge de un an, que chez les chiens intacts. En effet, le risque était influencé par l'âge auquel la gonadectomie a été pratiquée. Le risque des chiens gonadectomisés avant l'âge de un an étant de 1 sur 4 (23). Il est aussi non recommandé de faire castrer les lévriers Irlandais, à cause du risque plus élevé de développer un ostéosarcome, qui y est associé pour cette race (59).

Une étude faite en 2001 montre que les chiens mâles intacts sexuellement sont significativement moins enclins à progresser d'une altération légère des fonctions cognitives vers une altération sévère. L'étude portait sur 4 comportements. Les résultats suggèrent que la présence de testostérone en circulation chez les chiens mâles vieillissants intacts pourrait ralentir la progression de l'altération des fonctions cognitives chez les chiens démontrant déjà des signes d'altération légère (30).

L'oestrogène (hormone sécrétée par les ovaires) devrait jouer un rôle protecteur similaire chez la chienne intacte, malheureusement il n'y avait pas suffisamment de chiennes intactes disponibles pour cette étude, de façon à vérifier cette hypothèse (30).

Les données du Veterinary Medical Data Program (VMDP), contenant 1019 cas de diabète canin provenant de 14 facultés de médecine vétérinaire, ont montré un risque significatif accru de développer du diabète mellitus chez les femelles intactes et gonadectomisées, comparativement au risque des mâles intacts, et un risque significativement accru chez les mâles castrés (55).

Une étude faite en 2005 sur une cohorte de 1733 boxers, de 325 portées, étudiés de la naissance à l'âge de 10 ans, montre que le risque de mortalité des chiens gonadectomisés, mâles et femelles, est plus élevé que celui des chiens intacts (51).

Selon une étude menée en 1994, chez les chiens plus jeunes que 4 ans, les femelles intactes sont moins à risque de développer une kératose superficielle chronique que les chiens mâles castrés et intacts, ainsi que les femelles hystéro-ovariectomisées (31).

Les chiens mâles et femelles gonadectomisés ont un risque plus élevé que les mâles intacts de développer une pancréatite aiguë (32). Et ils ont aussi un risque plus élevé que les femelles intactes sexuellement (33).

Le risque de développer une pancréatite aiguë fatale serait plus élevé chez les chiens qui ont entre autres un surplus de poids, ainsi que chez les chiens atteints d'hypothyroïdie (33). Deux conditions qui peuvent être développées suite à la gonadectomie.

Une étude statistique faite entre 1982 et 1995 sur 1383 chiens atteints d'une tumeur cardiaque, montre que le risque de développer une tumeur cardiaque chez les chiennes gonadectomisées est plus de 4 fois supérieur à celui des chiennes intactes. De plus leur risque de développer un hémangiosarcome (tumeur cancéreuse) est de plus de 5 fois supérieur à celui des chiennes intactes. Le risque des chiens castrés serait légèrement plus élevé que celui des mâles intacts, qui eux ont un risque 2.4 fois plus élevé que celui des chiennes intactes. Cette étude suggère donc que la gonadectomie augmente le risques de développer une tumeur cardiaque chez les chiens mâles et femelles. Les femelles intactes ayant le risque le plus faible, et les femelles ovariectomisées étant le plus à risque (22).

Il existe des manifestations cliniques inhabituelles de l’hyperadrénocorticisme (Cushing disease) chez le chien mâle castré, incluant la prostatomégalie et l’adénome périanal (21).

L'ostéoporose chez la femme est causée par le manque d'oestrogènes suite à la ménopause (les ovaires cessant de produire cette hormone). Or, bien que la ratte soit l'animal idéal pour étudier ce phénomène et découvrir des traitements pour la femme, la chienne ovariectomisée est aussi utilisée en laboratoire (39). La chienne ovariectomisée a donc une production osseuse altérée suite à l'ovariectomie. Des études faites sur des beagles mâles ont aussi démontré une diminution de la masse osseuse (la formation osseuse étant moins importante comparativement à sa résorption) chez les chiens castrés (45).

Une étude faite sur 1 226 159 chiens vaccinés dans 360 hôpitaux vétérinaires montre que les chiens adultes de petites tailles et gonadectomisés ont un risque de 27% à 38% plus élevé que celui des chiens de même taille, intacts, de développer une allergie suite à l'administration d'un vaccin (le risque diminuant de façon inversement proportionnelle au poids) (41).

De même, une étude faite sur 496 189 chats vaccinés, dans 329 hôpitaux vétérinaires, dans le but de déterminer l'incidence ainsi que la cause d'effets secondaires reliés à la vaccination, dans les 30 jours suivants, et classifiés comme réaction non spécifique, allergique, urticaire, choc, ou anaphylaxie, a démontré que le risque était plus élevé chez les chats gonadectomisés que chez les chats intacts sexuellement. Les effets secondaires les plus souvent diagnostiqués étant une léthargie accompagnée ou non de fièvre (58).

Dans une étude faite en 2004, Spain et al. ont montré que les chiens, mâles et femelles, gonadectomisés en bas âge, sont plus sujets à développer la dysplasie de la hanche, une phobie des bruits et à exhiber plus de comportements sexuels que ceux gonadectomisés plus tard (47).

Chez le chat, l’angiosarcome de la peau et des tissus mous est plus commun chez les vieux mâles castrés. Ce cancer peut s’avérer difficile à traiter puisque des métastases, spécialement au niveau des poumons et du foie, sont communes (21).

Les chats siamois mâles castrés âgés sont prédisposés aux lipomes (qui sont des tumeurs adipeuses bénignes) (21).

Une étude a été faite dans le but de déterminer quels sont les facteurs de risques de développer certaines maladies du système urinaire chez le chat. Les résultats ont montré que les mâles castrés ont un risque accru de développer certaines maladies urinaires, sauf les infections urinaires bactériennes et l'incontinence urinaire, et que les femelles ovariectomisées ont un risque accru de développer l'urocystolithiase, des infections urinaires bactériennes et la néoplasie. L'étude montre que les femelles intactes ont un risque plus faible de développer des maladies urinaires, à l'exception des désordres neurogéniques et des blessures iatrogeniques (34).

Les chats gonadectomisés ont un risque plus élevé que les chats intacts, de développer des urolithes d'oxalates de calcium, ainsi que des struvites (magnésium ammonium phoasphate) (56).

Une étude a montré que les chats gonadectomisés (mâles et femelles), ont un risque plus élevé que les chats intacts sexuellement, de développer le syndrome urinaire félin (38).

Chez le furet, la cause hypothétique de l'hyperadrénocorticisme, une maladie très fréquente chez les furets, et affectant surtout les femelles (75% des furets affectés sont des femelles), est leur gonadectomie à un trop jeune âge.


MYTHES ET INFORMATIONS INCOMPLÈTES A PROPOS DE LA STÉRILISATION


Un chien qui n'est pas castré ne sera pas nécessairement frustré s'il n'a pas l'opportunité de s'accoupler. Dans une meute de chiens, les adolescents n'ont pas droit à l'accouplement, et la domination des chiens plus hauts dans la hiérarchie a pour effet de diminuer leur désir sexuel. Ce phénomène est appelé "marginalisation des adolescents" (10,11).

Les chiens qui ont déjà développé de l'agressivité ne seront pas nécessairement guéris par la gonadectomie. Certains vétérinaires recommandent la stérilisation chimique, qui est temporaire, afin de voir les effets d'une gonadectomie éventuelle, avant de procéder à la chirurgie, qui est évidemment définitive. Une étude montre que les comportements agressifs incluant les agression envers les humains de la famille peuvent être diminués de façon significative, par la castration, chez moins du tiers des chiens qui présentent ce type de comportement. L'âge auquel la castration est pratiquée ainsi que la période de temps durant laquelle le problème est exhibé ne sont pas reliés au taux de succès de la castration dans la modification du comportement agressif (48).

Les mâles intacts qui sont bien socialisés et entraînés à l'obéissance à un jeune âge ne démontreront pas de problèmes comportementaux tels que le marquage urinaire ou l'agressivité reliés à la défense du territoire (comportements plus reliés aux mâles). Le fait que le propriétaire fasse de l'obéissance avec son chien à l'intérieur de la maison augmente son "leadership", ce qui a pour effet de diminuer encore plus les chances que le mâle marque sont territoire dans la maison, puisque plus le propriétaire lui fait comprendre qui est le chef, le chien est donc moins tenté d'essayer de dominer (12).


ALTERNATIVES DE TECHNIQUES CHIRURGICALES

Afin de prévenir les portées indésirées, et ainsi prévenir des souffrances inutiles, tout en n'altérant pas la physiologie des hormones sexuelles, la vasectomie et la ligature des trompes s'avèrent être deux alternatives intéressantes. L’ablation de l’utérus, en laissant les ovaires en place, éliminera les risques de pyométrites. Par contre, ces techniques ne modifieront en rien le comportement sexuel de l'animal.

RÉFÉRENCES :

(1) Hadley, M. E., Endocrinology, 1988, Second Edition, Prentice Hall Englewood, 549 pages

(2) Alberts, B., D. Bray, J. Lewis, M. Raff, K. Roberts and J. D. Watson, Molecular Biology of the Cell, 1983, Garland Publishing, Inc., New York, 1148 pages

(3)The Merck Veterinary Manual, 1991, Seventh edition, Merck and Co., Inc, Rahway, 1832 pages

(4) Gregory S.P., "Developments in the understanding of the pathophysiology of urethral sphincter mechanism in competence in the bitch", Br. Vet. J., 1994 Mar;150(2):135-150

(5) Holt P. E. and M. V. Thrusfield, "Association in bitches between breed, size, neutering and docking, and acquired urinary incontinence due to incompetence of the urethral sphincter mechanism", Vet. Rec., 1993 Aug 21;133(8):177-180)

(6) Arnold S., "Urinary incontinence in castrated bitches. Part 1: Significance, clinical aspects and etiopathogenesis", Schweiz Arch Tierheilkd, 1997;139(6):271-276)

(7) Aaron, A., K. Eggleton, C. Power, P. E. Holt, "Urethral sphincter mechanism incompetence in male dogs: a retrospective analysis of 54 cases", Vet. Rec. 1996 Nov 30;139(22):542-546)

(18) Panciera DL., "Hypothyroidism in dogs: 66 cases (1987-1992)", J. Am. Vet. Med. Assoc., 1994, Mar 1;204(5):761-767)

(9) Fogle, B., The Dog's Mind, 1992, Howell Book House, New York, 201 pages and Tucker, M., Solving your dog Problems, 1988, Howell Book House Inc., New York, 146 pages)

(10) Dehasse, J., Le Caniche, 1995, Le Jour Editeur, Montréal, 160 pages

(11) Dehasse, J., Le Doberman, 1995, Le Jour Editeur, Montréal, 156 pages)

(12) Carlson, J. and R. Green, Good Dogs, Bad Habits, 1995, Firside Books, Toronto, 252 pages)

(13) Mulholland SG, SM. Qureshi, RW. Fritz, H. Silverman, Effect of hormonal deprivation on the bladder defense mechanism, J Urol 1982 May;127(5):1010-3

(14) Augsburger, H. R., Cruz-Orive, L. M., "Influence of ovariectomy on the canine striated external urethral sphincter (M. urethralis): a stereological analysis of slow and fast twitch fibres", Urol. Res., 1998, 26(6):417-22

(15) Augsburger, H. R., Cruz-Orive, L. M., "Stereological analysis of the urethra in sexually intact and spayed female dogs", Acta. Anat. (Basel), 1995, 154(2):135-42

(16) Johnston S.D., Kamolpatana K., Root-Kustritz MV., Johnston G. R., "Prostatic disorders in the dog", Anim. Reprod. Sci., 2000, Jul., 2; 60-61: 405-15

(17) Bell F.W., Klauser J.S., Hayden D.W., Feeney D.A., Johnston S.D., "Clinical and pathologic features of prostatic adenocarcinoma in sexually intact and castrated dogs: 31 cases (1970-1987), J. Amer. Vet. Med. Assoc., 1991 Dec.1; 199(11): 1623-30

(18) Krawiec D.R., Heflin D., "Study of prostatic disease in dogs: 177 cases (1981-1986)", J. Am. Vet. Med. Assoc., 1992, Apr. 15; 200(8): 1119-22

(19) Whitehair J.G., Vasseur P.B., Willits N.H., “Epidemiology of cranial cruciate ligament rupture in dogs”, J. Am. Vet. Med. Assoc., 1993, Oct. 1; 203(7): 1016-9

(20) Ru G., Terracini B., Glickman L.T., “Host related risk factors for canine osteosarcoma”, Vet. J., 1998, Kul; 156 (1): 31-9

(21) http://www.merckvetmanual.com/ 2002

(22) Ware WA, Hopper DL., “Cardiac tumors in dogs: 1982-1995”, J. Vet. Intern. Med., 1999, Mar-Apr;13(2):95-103.

(23) Cooley DM, Beranek BC, Schlittler DL, Glickman NW, Glickman LT, Waters DJ., “Endogenous gonadal hormone exposure and bone sarcoma risk”, Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2002, Nov;11(11):1434-40.

(24) Duval JM, Budsberg SC, Flo GL, Sammarco JL., “Breed, sex, and body weight as risk factors for rupture of the cranial cruciate ligament in young dogs”, J Am Vet Med Assoc. 1999, Sep 15;215(6):811-4.

(25) Milne KL, Hayes HM Jr., "Epidemiologic features of canine hypothyroidism", Cornell Vet., 1981, Jan;71(1):3-14.

(26) Teske E, Naan EC, Van Dijk EM, Van Garderen E, Schalken JA., "Canine prostate carcinoma: epidemiological evidence of an increased risk in castrated dogs", Mol. Cell. Endocrinol., 2002, Nov 29;197(1-2):251-255.

(27) Obradovich J., Walshaw R., Goudlaud E., "The influence of castration on the development of prostatic carcinoma in the dog. 43 cases (1978 - 1985)", J. Vet. Intern Med., 1987, Oct - Dec; 1(4):183-7.

(28) Slauterbeck J.R., Pankratz K., Xu K.T., Bozeman S.C., Hardy D.M., "Canine ovariohysterectomy and orchidectomy increases the prevalence of ACL injury", Clin. Orthop.-Relat. Res. 2004, Dec; (429):301-5

(29) Spain C.V., Scarlett J.M., Houpt K.A., "Long-term risks and benefits of erarly-age gonadectomy in cats", J. Am. Vet. Med. Assoc., 2004, Feb 1;224:372-9(3)

(30) Hart B.L., "Effect of gonadectomy on subsequent development of age-related cognitive impairment in dogs", J. Am. Vet. Assoc., 2001 Jul 1;219(1):51-56

(31) Chavkin M.J., Roberts S.M., Salman M.D., Severin G.A., Scholten N.J., "Risk factors for development of chronic superficial keratitis in dogs", J. Am. Vet. Assoc., 1994, May 15;204(10):1630-4

(32) Cook A.K., Brutschwerdt E.B., Levine J.T., Bunch S.E., Linin L.D., "Risk factors associated with acute pancreatitis in dogs: 101 cases (1985 - 1990), J. Am. Vet. Assoc., 1993, Sep 1;203(5):673-9

(33) Hess R.S., Kass P.H., Shofer F.S., Van Winkle T.J., Washabau R.J., :Evaluation of risk factors for fatal acute pancreatitis in dogs:, J. Am. Vet. Assoc., 1999, Jan 1;214(1):46-51

(34) Lekcharoensuk C., Osborne C.A., Lulich J.P., "Epidemiologic study of risk factors for lower urinary tract diseases in cats", J. Am. Vet. Assoc., 2001, May 1;218(9):1429-35

(35) Stocklin-Gautschi N.M., Hassig M., Reichler I.M., Hubler M., Arnold S., "The relationship of urinary incontinence to early spaying in bitches", J. Reprod. Fertil. Suppl., 2001;57:233-6

(36) Lekcharoensuk C., Lulich J. P., Osborne C. A., Pusoonthornthum R., Allen T. A., Koehler L. A., Urlich L. K., Carpenter K. A., Swanson L. L., "Patient and environmental factors associated with calcium oxalate urolithiasis in dogs", J. Am. Vet. Med. Assoc., 2000, Aug 15;217(4):515-9

(37) Scott K.C., Levy J.K., Gorman S.P., Newell S.M., "Body condition of feral cats and the effect of neutering", J. Appl. Anim. Welf. Sci., 2002;5(3):203-13

(38) Willeberg P., Priester W. A., "Feline urological syndrome: Associations with some time, space and individual patient factors", Am. J. Vet. Res., 1976, Aug;37(8):975-8

(39) Barlet J. P., Coxam V., Davicco M. J., Gaumet N., "Animal models of post-menopausal osteoporosis", Reprod. Nutr. Dev., 1994;34(3):221-36

(40) Overley B., Shofer F. S., Goldschmidt M. H., Sherer D., Sorenmo K. U., "Association between ovarihysterectomy and feline mammary carcinoma", J. Vet. Intern. Med., 2005, Jul-Aug;19(4):560-3.

(41) Moore G. E., Guptill L. F., Ward M. P., Glickman N. W., Faunt K. K., Lewis H. B., Glickman L. T., "Adverse events diagnosed within three days of vaccine administration in dogs", J. Am. Vet. Med. Assoc., 2005, Oct 1;227(7):1102-8.

(42) O' Farrell, V., Peachey, E., "Behavioural effects of ovariohysterectomy on bitches", Journal of Small Animal Practice, 1990, 31(12): 595-598.

(43) Powers M.Y., Martinez S.A., Lincoln J.D., Temple C.J., Arnaiz A., "Prevalence of cranial cruciate ligament rupture in a population of dogs with lameness previously attributed to hip dysplasia: 369 cases (1994-2003)", J. Am. Vet. Med. Assoc., 2005, Oct 1;227(7):1109-11.

(44) Sorenmo K., Goldschmidt M., Shofer F., Goldkamp C., Ferracone J., "Immunohistochemical Characterization of canine prostatic carcinoma and correlation with castration status and castration time", Vet., Comparative Oncology, 2003, 1(1):48-56.

(45) Fukuda S., Iida H., "Effects of orchidectomy on bone metabolism in beagle dogs", J. Vet. Med. Sci., 2000; 62(1):69-73.

(46) Heindenberger E., Unshelm J., "Changes in the behavior of dogs after castration", Tierarztl Prax., 1990, Feb;18(1):69-75.

(47) Spain C.V., Scarlett J.M., Houpt K.A., "Long-term risks and benefits of early-age gonadectomy in dogs", J. Am. Vet. Med. Assoc., 2004, Feb. 1;224(3):3 80-7.

(8) Neilson J.C., Eckstein R.A., Hart B.L., "Effects of castration on problem behaviors in male dogs with reference to age and duration of behavior", J. Am. Vet. Med. Assoc., 1997, Jul 15;211(2):180-2.

(49) Howe L.M., Slater M.R., Boothe H.W., Hobson H.P., Holcom J.L., Spann A.C., "Long-term outcome of gonadectomy performed at an early age or traditional age in dogs", J. Am. Vet. Med. Assoc., 2001, Jan 15;218(2):217-21.

(50) Salameri K.R., Bloomberg M.S., Scruggs S.L., Shille V., "Gonadectomy in immature dogs: effects on skeletal, physical, and behavioral development", J. Am. Vet. Med. Assoc., 1991, Apr 1;198(7):1193-203.

(51) van Hagen M.A., Ducro B.J., van den Broek J., Knol B.W., "Life expectancy in a birth cohort of Boxers followed up from weaning to 10 years of age", Am. J. Vet. Res., 2005, Sep;66(9):1646-50.

(52) Arnold S., Arnold P., Hubler M., Casal M., Rusch P., "Urinary incontinence in spayed female dogs: frequency and breed disposition", Schweiz Arch Tierheilkd, 1989;131(5):259-63.

(53) Blendinger C., Blendinger K., Bostedt H., "Urinary incontinence in spayed bitches. 1. Pathogenesis, incidence and disposition", Tierarztl Prax, 1995, Jun;23(3):291-9.

(54) Sorenmo K.U., Goldschmidt M.H., Shofer F.S., Goldkamp C., Ferracone J., "Evaluation of cyclooxygenase-1 and cyclooxygenase-2 expression and the effect of cyclooxygenase inhibitors in canine prostatic carcinoma", Vet. and Comparative Oncology, March 2004, Vol. 2, Issue 1, p13.

(55) Marmor M., Willeberg P., Glickman L.T., Priester W.A., Cypess R.H., Hurvitz A.I., "Epizootiologic patterns of diabetes mellitus in dogs", Am. J. Vet. Res., 1982, Mar;43(3):465-70.

(56) Lekcharoensuk C., Lulich J.P., Osborne C.A., Koehler L.A., Urlich L.K., Carpenter K.A., Swanson L.L., "Association between patient-related factors and risk of calcium oxalate and magnesium ammonium phosphate urolithiasis in cats", J. Am. Vet. Med. Assoc., 2000, Aug 15;217(4):520-5.

(57) Bryan, J.N., Keeler M.R., Henry C.J., Bryan M.E., Hahn A.W., Caldwell C.W., "A population study of neutering status as a risk factor for canine prostate", Prostate, 2007, Aug 1;67(11):1174-81.

(58) Moore, G.E., DeSantis-Herr, A.C., Guptill, L.F., Glickman, N.W., Lewis, H.B., Glickman, L.T., "Adverse events after vaccine administration in cats: 2560 cases (2000-2005)", J. Am. Vet. Med. Assoc., 2007, Jul 1;231(1):94-100.

(59) Urfer, S.R., Gaillard, C., Steiger, A., "Lifespan and disease predispositions in the Irish Wolfhound: a review", Vet. Q., 2007, Sep;29(3):102-11.

Un grand merci à poilsplumesecailles