LE CHIEN : BIEN JETABLE

Je dédie cet article à ces collectionneurs de chiens qui s’ignorent et qui par leurs comportements participent à cette souffrance animale que j'appelle « l'abandon compulsif ».

Je ne parle pas de ces abandons que tout le monde connaît qui consistent à attacher son chien à un arbre ou à le déposer dans la SPA la plus proche à l’approche de l’été, non je parle de ces abandons multiples qui se cachent derrière une névrose qui s’appelle «l’addiction de chiens ». Addiction comme une autre qui cause chaque année des centaines d’abandons.

Véritable turn over que l’on découvre sur les sites d’annonces gratuites ou sites perso. On craque sur un chiot, on l’achète souvent à bas prix, on le chouchoute, on l’encense quelques mois voire quelques années et ensuite par lassitude et besoin de « nouveau » on le jette (pardon on le replace pour soi-disant son bonheur). Ce ne sont pas les bonnes (ou mauvaises) raisons qui manquent à ces replacements mais à chaque fois, année après année, le nombre de chiens achetés ou adoptés et largués augmente. Il ne vient pas à l’idée de ces collectionneurs que ces replacements sont source de stress pour le chien. Certains chiens passent par différents adoptants avant de trouver LA famille qui saura l’aimer et aura à cœur de le voir vieillir près de lui.

Véritable déracinement pour le chien qui est considéré au final comme un objet de consommation que l’on se donne le droit de virer dès lors qu’un nouveau chien est désiré. Ce nouveau chien n’en doutons pas finira un jour ou l’autre par connaître le même sort que le précédent devant le désir de son maître de vouloir un « nouveau chien ».

Ces chiens délaissés sont souvent en mauvais état, sales, amaigris, couverts de bourres et avec une tristesse infinie dans le regard. Arrêtons de maltraiter les animaux sisisi il s’agit de maltraitance. Ill est préférable de consulter un psychiatre qui pourra expliquer ce besoin maladif de collectionner les chiens et de les jeter lorsqu’il nous gêne. Qui jetons-nous ainsi ? Que cache ce besoin de prendre un chien puis un autre et un autre encore pour au final s’en séparer ou l'isoler loin de la cellule familiale ? Ces gens parfois bien sympathiques n’aiment pas les chiens, qu’ils ne se leurrent pas, ils ne dupent plus personne.

On se donne bonne conscience en adoptant un chien, on le sauve paraît-il - la bonne affaire. Sauver un chien pour le refourguer systématiquement ensuite n’est pas et ne sera jamais une bonne action. On ne vire pas un ami qui vous aime, qui n'a eu que le tort de ne plus vous émouvoir.

Oh bien sûr parfois le caractère du chien adopté ou acheté adulte légitime son replacement, l’ignorance de son passé qui ressurgit dans notre petite famille devient impossible à vivre au quotidien. Mais de grâce cessons de prendre les gens pour des cons. Quand on constate le nombre de chiens qui ont traversé la vie de certaines personnes, on ne doute plus, cela devient évident que le chien masque un trouble plus profond, un mal-être, un égoïsme, une sécheresse de coeur, un manque de respect et d’amour pour celui que l’on prétend aimer.

On peut en effet se tromper en choisissant une race qui ne nous convient pas, qui peut poser problème avec nos enfants ou autres animaux vivant dans la maison sauf que ces mauvais choix lorsqu’ils sont nombreux démontrent juste qu’on est dans l’addiction. On veut du nouveau dans sa vie, le chien est cet élément qui va « un temps » nous donner l'illusion d'être heureux, jusqu’à ce qu’il nous gêne à nouveau. Aucun chien ne peut nous apprendre à aimer la vie, à l’accepter dans ses bons ou mauvais moments. Un chien est un ami pas une plaquette de Prozac et ne remplacera  jamais une psychothérapie. Un chien se doit de vivre en compagnie de ses maîtres et non relégués toute la journée dans un terrain sitôt qu’il n’a plus l’heur de nous séduire, de nous "amuser". La Joie de la nouveauté et son cortège d’abandons je ne le supporte plus. Cet égoïsme narcissique devient une arme de destruction massive envers nos amis les chiens. Bon sang réfléchissez un peu, prenez une calculette et faites le compte des chiens ayant « un temps » partagés votre vie. De tous les chiens que vous avez acheté ou adopté combien sont morts de vieillesse où ont atteints un âge avancé avant que la maladie ne les rattrape ? Très peu... Ils n'ont pas le temps de vieillir à vos côtés, 12 ans de complicité quand on est dans l'addiction, ce n'est même pas imaginable.

Combien de ces chiens sont morts par manque de soins, manque d’attention, manque d’Amour ? Qu’ont-ils fait ces chiens pour que votre Amour ne dure que si peu de temps ? Qu’avez-vous à prouver en achetant un chien ? Remettez vous un peu en question. Votre sécheresse d’âme se retournera un jour contre vous et vous serez traités à la mesure de votre manque de compassion et d’empathie.

Que le chien ne devienne jamais un objet de consommation... Il faut lutter contre ces débordements qui passent inaperçus et qui sont loin très loin de l'Amour du chien.

STOP A CES COLLECTIONNEURS COMPULSIFS

© Copyright - Dominique Truteau-Fouet